|, Santé, Vie locale|La ville favorable au maintien à Saint-Rémy de l’Unité de santé des Alpilles

La ville favorable au maintien à Saint-Rémy de l’Unité de santé des Alpilles

2018-12-14T10:21:01+00:0011 décembre 2018|À la une, Santé, Vie locale|

Ouverte le 28 mars dernier, l’Unité de santé des Alpilles a depuis séduit de nombreux patients saint-rémois et de la région alentour. Depuis quelques semaines, des rumeurs de fermeture et de délocalisation de la structure à Tarascon vont bon train. Selon ces rumeurs, la responsabilité de la ville serait même engagée, ce qui est faux. Un point sur le dossier s’impose. ­

Dans le cadre de l’installation de l’Unité de santé des Alpilles, l’intervention de la ville s’est limitée à son seul champ de compétences, à savoir l’instruction des autorisations d’urbanisme. Une première a été délivrée au mois de juin dernier et concernait la pose d’enseigne. Une seconde est à ce jour toujours en cours d’instruction (la loi n’autorise pas à communiquer sur les autorisations d’urbanisme en cours d’instruction). Il s’agit là de procédures administratives tout à fait normales.

Samedi 8 décembre, le maire Hervé Chérubini et son premier adjoint, Yves Faverjon, ont rencontré les médecins du cabinet médical, à leur demande, pour faire le point sur leur situation.
En effet, un courrier en date du 26 février, cosigné par 10 médecins de la commune, avait été adressé au Conseil départemental de l’Ordre des médecins des Bouches-du-Rhône afin d’attirer l’attention de l’institution sur la pertinence et la légitimité de ce cabinet médical sur Saint-Rémy. Dans ce même courrier, les médecins pointaient « un fort déficit en médecins sur le secteur de Tarascon » et suggéraient l’installation « d’une telle structure dans ces communes ».

Sur ce dossier, le positionnement de la ville de Saint-Rémy a toujours été d’observer la plus stricte neutralité afin de ne pas fausser la possibilité de libre choix entre les différents praticiens locaux ; aucune subvention n’a ainsi été allouée au cabinet médical.

Cela étant précisé, la municipalité porte un regard bienveillant sur l’Unité de santé des Alpilles qui, en dispensant des soins de « petite urgence » aux heures de fermeture des cabinets libéraux, répond à un réel besoin des Saint-Rémois en complément (et non en concurrence) de l’offre médicale de qualité déjà dispensée par les médecins généralistes de la commune.