Expressions libres 2018

Expression de la majorité municipale

Le 2 décembre, votez OUI
à un avenir en dehors de la Métropole marseillaise !

Pourquoi aller voter le 2 décembre ?

Parce que rien n’est joué.
Malgré l’idée que certains font courir, aucune décision concernant l’extension de la métropole marseillaise et le devenir du Pays d’Arles n’est encore arrêtée.
La loi ne sera pas votée avant 2019, ce qui laisse le temps à chacun de défendre le principe d’un Pays d’Arles autonome.

Parce que les Saint-Rémois ont leur mot à dire.
Que l’on soit pour ou contre l’intégration forcée de Saint-Rémy-de-Provence à la métropole, la majorité municipale a décidé de donner le droit aux Saint-Rémois
de s’exprimer. Ce n’est pas le cas de l’opposition ; c’est regrettable et anti-démocratique.

Parce que ce débat dépasse le vieux clivage gauche/droite.
Ce qui importe, c’est que chacun s’exprime sur l’avenir de Saint-Rémy et dise ce qu’il souhaite pour notre ville, à savoir rester ou non hors de la Métropole.

Parce qu’un fort taux de participation fera sens.
Plus nous serons nombreux à nous exprimer à Saint-Rémy, Arles, St-Martin-de-Crau, Fontvieille, St-Pierre-de-Mézoargues et peut-être demain dans d’autres
communes, plus le message adressé à l’État et aux parlementaires qui voteront la loi sera entendu et pris au sérieux.

Parce que la complexité de la question posée ne doit pas nous décourager.
Si nous avions pu demander simplement « Pour ou contre la métropole ? », nous l’aurions fait. Hélas, la loi ne le permettant pas, nous avons dû contourner cette
difficulté en posant une question plus complexe, relative à la création d’un comité consultatif chargé de réfléchir à une alternative à l’intégration à la métropole.
Pour nous, la réponse ne fait aucun doute : le 2 décembre nous voterons OUI, pour un avenir en dehors de la Métropole marseillaise.

Parce que tout démontre le bien-fondé d’un Pays d’Arles autonome.
Les études réalisées par deux des plus grands cabinets d’experts français démontrent la viabilité, la cohérence et la force d’un Pays d’Arles autonome exerçant
si nécessaire les compétences du département.

Parce que rejoindre la Métropole marseillaise serait dramatique.
Du point de vue historique, de l’identité de nos territoires, de l’éloignement des citoyens avec le centre de décision et les services publics, de la hausse importante
de la fiscalité qui toucherait les foyers et les entreprises.

Parce que voter contre l’intégration dans la métropole n’isole pas Saint-Rémy.
Parce que s’affirmer, ce n’est pas s’isoler, le 2 décembre, votez OUI à un avenir hors de la Métropole marseillaise.

Expression de l’opposition municipale – Henri Milan

Un référendum/consultation pour quelle utilité ?

La consultation que H C nous propose contre la métropole « honnie » est-elle bien sérieuse ? Une collectivité régie par Arles ne sera pas plus efficace que notre
ex/future CCVBA régie par Maussane. La vérité est que H C ne peut rien nous promettre, parce qu’il ne peut décider de rien. Pareil pour la présidente de la métropole
qui affirme qu’elle nous rendra des compétences comme la voirie ou l’eau entre-autres : c’est l’état qui en décidera seul ! Cette consultation doit porter sur
notre destin et non sur la ville qui va nous posséder. Il faut également conserver la maitrise de notre économie. Arles ou Marseille ne nous ferons pas de cadeaux,
car ces villes seront les premières à se servir. En conclusion et à titre personnel, j’irai voter début décembre pour un parking gratuit de 800 places sur la zone de
la LIBERATION.

Expression de l’opposition municipale – Saint-Rémy au cœur

Le Maire s’isole et isole Saint-Rémy

Le pseudo-référendum que l’on nous propose est inutile et contre-productif.
Nous non plus, nous ne voulons pas intégrer la métropole dans sa forme actuelle. Or, le Pays d’Arles n’entrera pas dans la Métropole actuelle mais intégrerait une
nouvelle collectivité issue de la fusion Métropole-Département.
Nous devons être force de propositions dans l’organisation de cette future métropole. Il est temps d’oublier les postures politiciennes pour se concentrer sur l’intérêt
général et les besoins des Saint-Rémois. L’attitude du Maire nous isole du reste du Pays d’Arles et du département et nous exclut du débat.
Exigez que notre Maire oublie ses motivations personnelles et vous représente dans les discussions en cours pour la construction de la future métropole.
LE 2 DECEMBRE, ne participez pas à cette consultation, N’ALLEZ PAS VOTER

Expression de l’opposition municipale – Angeline Ingoglia

Pourquoi une consultation si complexe ?

Elle ne fait que semer le trouble dans l’esprit de nos concitoyens. Plutôt que créer un comité qui ne résoudra rien, occupez-vous Monsieur le Maire de sujets vitaux
pour Saint-Rémy. Ce n’est pas en faisant la politique de la chaise vide que l’on fait avancer ses idées.

Mobilisez-vous mais pour obtenir, par une négociation intelligente, un maximum de liberté dans la gestion de notre village.

Ne voulant pas de l’organisation actuelle de la Métropole, nous devons être force de proposition afin de maintenir les compétences de proximité de notre commune : PLU, logement, voirie, eau, assainissement, propreté, petite délinquance.

Aussi ne prenons pas part à cette consultation qui n’est que manœuvre politicienne.

Expression de la majorité municipale

Mas de Sarret : tout mettre en œuvre pour sauver cette structure essentielle

La direction de l’Entraide, association qui gère le Mas de Sarret, a publiquement envisagé de déménager cet établissement à Eyguières, provoquant l’émoi des personnes âgées qui y résident ainsi que du personnel.

Nous imaginons que les différents échanges que nous avons eus ces dernières semaines et que nous allons encore avoir avec l’Entraide vont permettre de trouver une issue rapide et satisfaisante pour tous, et ce même si les exigences de l’association pour maintenir son activité sur Saint-Rémy-de-Provence peuvent paraître très (trop ?) importantes.
Au cours d’une réunion organisée en mairie au mois de juillet en présence notamment des familles des résidents du Mas de Sarret et du personnel, le directeur de l’Entraide a en effet fixé le maintien de la structure sur Saint-Rémy à plusieurs conditions : le don à l’euro symbolique d’un terrain de 6 000 m2, une garantie d’emprunt de la part de la ville à hauteur de 50 % et une subvention de 500 000 euros.

Nous proposerons tout de même au prochain Conseil municipal, le 18 septembre, d’y répondre favorablement ; ce qui importe à la majorité municipale, c’est l’avenir immédiat des résidents, des familles et des personnels du Mas de Sarret. Les finances de la ville sont suffisamment saines et solides pour permettre une telle dépense en investissement, tout en continuant à désendetter Saint-Rémy, sans augmenter les impôts et sans remettre en question nos autres projets, très attendus également par les Saint-Rémois : réaménagement de l’avenue de la Libération, projet de piscine, etc.

Nous sommes aux côtés de nos anciens, des résidents du Mas de Sarret et de leurs familles, et nous le prouvons en mettant tout en œuvre pour sauver cette structure socialement essentielle sur notre commune.

Expression de l’opposition municipale – Tous pour Saint-Rémy

BRAVO M. LE MAIRE !

Vous avez enfin réussi ce que nous espérions. A savoir supprimer les jeux des enfants, au profit de la volonté de vieilles gens qui ont EXIGE le silence TOTAL sur nos places. A présent faites respecter votre arrêté, et supprimez aussi les enfants. Au mépris des lois votées depuis plus de dix années pour densifier les centres-villes, au mépris de nos écoles qui se vident, au mépris des jeunes Saint-Rémois que vous voulez loger aux Cèdres ou ailleurs, mais surtout SANS leurs enfants. Même chose pour nos anciens du Mas de Sarret qui doivent surement gêner, vu votre inaction depuis deux ans face aux demandes répétées de rénovation du bâtiment. Continuez avec la piscine en boudin, meilleur façon de décourager d’apprendre à nager…à nos enfants, ainsi ces personnes ne seront plus gênées par les cris et rires. Bravo Bravo !

Expression de l’opposition municipale – Saint-Rémy au cœur

Monsieur le Maire face à ses responsabilités

Sourd aux alertes, il ne s’est pas soucié des difficultés connues et anciennes du Mas de Sarret.
Contraint par nos interventions, il se saisit enfin du dossier.
Ce laxisme coupable l’a conduit à opter pour une solution très coûteuse pour la commune, ce qui illustre l’inconséquence avec laquelle Monsieur le Maire conduit ses projets économiques.
Pour mémoire, Ussol, qui devait accueillir de jeunes Saint-Rémois, ne comportera qu’une vingtaine de lots à 350€ le m2!
Le projet des Cèdres est conçu en ignorant les besoins des Saint-Rémois et la nécessité d’un grand parking de centre-ville.
La zone de la Roche, envisagée pour une centaine de logements, devient la monnaie d’échange pour le nouveau Sarret.
Ces exemples traduisent les approximations du pilotage irrationnel du Maire.

Expression de l’opposition municipale – Angeline Ingoglia

Mobilisons-nous pour l’avenir de Saint-Rémy ! – 3 –

Le Mas de Saret : une résidence pour personnes âgées datant des années 1970 dont la situation est complexe : un terrain communal, un bâtiment qui n’est plus aux normes, dont la réhabilitation ne peut se faire occupé du fait de la présence d’amiante, un gestionnaire, qui ne pouvant fonctionner alerte la Mairie, et sans réponse, indique ses desideratas.
L’Entraide souhaite un terrain au coût symbolique pour y construire un bâtiment moderne, une caution bancaire, une subvention municipale de 500.000€. La Ville accepte les deux premiers points et remet le 3ème à un vote des élus.
L’abandon du projet des Cèdres permettrait certainement une réponse positive à la demande de l’Entraide et la réhabilitation du bâtiment permettrait sa transformation en logement pour les Saint Rémois.

Angeline Ingoglia

Expression de la majorité municipale

« Je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire »

Cette fameuse phrase de Coluche caractérise très bien les regrettables errances de l’opposition municipale ces derniers mois, alors que l’on pouvait espérer de leur part davantage de sérieux.
S’opposer pour le principe de s’opposer est plutôt stérile, comme en témoignent les positions prises par l’opposition qui semblent plus souvent dictées par la nécessité de dire non à la majorité municipale que par des choix sérieux, raisonnés, réfléchis et poursuivant l’intérêt général des Saint-Rémois.
Les exemples ne manquent pas : la séance du conseil municipal du 27 mars a donné lieu à des échanges surréalistes, notamment au moment du vote du budget prévisionnel 2018. Alors que le rapport de présentation dudit budget insistait sur la gestion exemplaire qui a permis de maintenir les investissements, de baisser l’encours de la dette sans augmenter les impôts et malgré une énième baisse des dotations de l’État, Mme Aoun, s’adressant au Maire, a livré sa recette pour augmenter ces dotations : il faut augmenter les impôts des Saint-Rémois.
Ce raisonnement par l’absurde a suscité l’émoi du public présent. Nous vous invitons à écouter la longue démonstration faite par Mme Aoun sur le site internet de la ville, où les enregistrements sonores des séances du conseil municipal sont accessibles (conseil municipal du 27 mars, 2e partie, à 41’20’’).

Quant à Henri Milan, il n’est hélas pas en reste quand il écrit sur sa page Facebook, le 5 mars dernier : « Choisir Arles pour éviter Marseille, c’est choisir la fuite en avant afin de faire oublier la gestion désastreuse de sa mairie ». Eh bien non, Monsieur Milan, faire le choix d’Arles, c’est faire le choix de la liberté d’action, du respect de notre identité et de la proximité avec nos concitoyens. Dire non à la Métropole Aix-Marseille-Provence, c’est refuser d’hériter de près de 2 milliards d’euros de dettes, c’est garder la main sur le devenir de notre territoire, c’est faire le pari d’un pays d’Arles autonome et tourné vers son avenir.

Expression de l’opposition municipale – Tous pour Saint-Rémy

UNE FONDATION POUR LE MAS DE LA PYRAMIDE

Je suis très fier que LOLO MAURON ait accepté de léguer le Mas De La Pyramide aux Saint-Rémois. C’est un pan entier de notre histoire qui va être ainsi sauvé et préservé pour les générations futures. Ce mas troglodyte construit sur le site d’une antique carrière romaine, juste à côté de l’abbaye de Saint Paul, a été préservé par Lolo et sa famille durant des décennies pour être offert aux amoureux de notre village.

Lionel Hacquard et des passionnés de notre cité ont créé une association à cet effet, qui en devenant une fondation, aura la charge d’en assurer la pérennité.

Je veux ici les remercier avec ces quelques lignes.

C’est avec grande satisfaction que j’ai aussi, modestement participé au succès de cette fondation, en compagnie de notre député et de notre maire.

Au nom de tous les Saint-Rémois, MERCI LOLO !

Expression de l’opposition municipale – Saint-Rémy au cœur

L’expression du groupe Saint-Rémy au cœur ne nous est pas parvenue. Cet espace lui est néanmoins réservé.

Expression de l’opposition municipale – Angeline Ingoglia

Mobilisons-nous pour l’avenir de Saint-Rémy ! – 2 –

Le Projet du Parking de la Libération est mené à marche forcée tout en ayant diminué d’ambition, il comprend 150 logements, et en n’ayant pas complètement résolu le problème de l’accès prévu angle chemin St Joseph-avenue de la Libération, car seul un droit de passage existe et non un accès libre.

Qu’est-ce qui motive une telle décision à la fois nuisible pour l’avenir de Saint-Rémy sur le plan économique, sociologique, écologique alors que le PLU a défini d’autres sites mieux adaptés ?

Est-ce un problème financier ? Fin décembre 2018 la Ville serait dans une impasse : elle abandonne cette réserve foncière au béton, ou elle rachète ces 2ha à l’EPF !!

Disposer d’un grand parking tel que celui de la Libération est un atout non négligeable pour Saint-Rémy qui ambitionne un développement économique à la hauteur de sa réputation.

Angeline Ingoglia

Expression de la majorité municipale

Une bonne gestion financière, incontestable… et incontestée

Mardi 13 février avait lieu en Conseil municipal le Débat d’orientation budgétaire qui fixe les grands caps financiers pour la ville et l’année à venir. Ce moment très important dans la vie de notre commune s’est tenu en l’absence d’Henri Milan et de Danièle Aoun.

Aucune réaction, aucune remarque, aucune critique, aucune proposition de la part des autres membres de l’opposition qui étaient présents. Il y a des silences qui en disent long ; on peut dire que le mutisme de l’opposition a été très éloquent et a sonné comme la reconnaissance de l’incontestable bonne gestion de notre municipalité.
Malgré 1,3 million d’euros de dotations de l’Etat perdus en 4 ans, nous sommes parvenus à ne pas augmenter les impôts, tout en continuant à baisser l’endettement de la ville pour la 6ème année consécutive, et en assurant des investissements importants pour le cadre de vie des Saint-Rémois. Nous avons également clôturé l’exercice budgétaire 2017 avec un excellent résultat financier. Parmi les grandes opérations programmées pour 2018 figurent la réhabilitation des échelles du Mont Gaussier et du parcours botanique, la réfection de l’avenue de la Libération et de l’avenue Louis-Mistral, la mise en service de la chaufferie bois de l’école de l’Argelier, les travaux d’accessibilité et d’amélioration du Cosec, le réaménagement du parking du collège, la rénovation du tennis-club, la création d’une nouvelle aire de jeux au square Mauron, l’équipement numérique des écoles élémentaires, etc.

Au moment où nous écrivons cette tribune, l’avenir de notre territoire – l’éventuelle absorption de Saint-Rémy par la Métropole marseillaise – est peut-être en train de se sceller. Majorité comme opposition, nous nous devons de parler d’une seule et même voix pour défendre les intérêts de Saint-Rémy. Les Saint-Rémois peuvent compter sur la détermination d’Hervé Chérubini pour défendre le projet d’un Pays d’Arles uni contre les appétits voraces de la Métropole marseillaise ou les regard envieux du Grand Avignon. Au moment où nous écrivons cette tribune, un cap supplémentaire a été franchi, le principe d’une intercommunalité unique, reprenant les compétences départementales, ayant recueilli l’assentiment général au sein de notre Communauté de communes. Le combat n’est pas encore gagné mais la majorité municipale emmenée par Hervé Chérubini met tout en œuvre pour réussir et sauver notre territoire.

Expression de l’opposition municipale – Tous pour Saint-Rémy

Les mauvaises idées socialistes du passé

Dépenser 200 000 € pour une étude qui est sa seule idée brillante contre la métropole : idée socialiste ! Choisir Arles (2074€ dette/hab) pour éviter Marseille (2110€ dette/hab), c’est choisir la fuite en avant afin de faire oublier la gestion désastreuse de sa mairie : idée socialiste ! Investir 2 millions € pour le nouveau siège de la CCVBA alors qu’il veut la supprimer : idée socialiste ! Créer 150 logements à la place du seul parking gratuit qu’il reste aux Saint-Rémois, en empilant les futurs occupants les uns sur les autres (12m de hauteur prévue) : idée socialiste ! Être passif sur la dérive des comptes d’une association sportive subventionnée en grande partie par la mairie : idée socialiste !
Qu’en pense notre maire élu conseiller général socialiste et secrétaire du parti en son temps ?
Henri Milan

Expression de l’opposition municipale – Saint-Rémy au cœur

PLU : Quel crédit apporter à l’étude en cours ?

Que penser d’un PLU basé sur des hypothèses de croissance de la population ignorant la baisse de 1000 habitants ces quatre dernières années, ou sur les résultats d’une étude circulation-stationnement réalisée dans des circonstances tellement fantaisistes qu’ils ont provoqué colère et chahut en présentation publique ? Les conséquences de l’étude ruissellement des eaux pluviales restent obscures en particulier pour les zones d’habitat comme celles des Cèdres, du Valat Neuf, d’Ussol et de La Roche. Malgré les sommes énormes engagées auprès des cabinets depuis quatre ans, nous restons stupéfiés de constater autant d’approximations, d’incertitudes, de flous. L’enquête publique de 6 à 8 semaines doit être terminée avant l’été. Elle sera l’occasion de pointer toutes ces incohérences auprès du Commissaire-enquêteur.

Expression de l’opposition municipale – Angeline Ingoglia

Mobilisons-nous pour l’avenir de Saint-Rémy !

Le P.L.U. engage la ville pour les 15 à 20 ans à venir, et par là-même le devenir des Saint-Rémois et de leurs enfants, sans véritable vision d’avenir.

Il est nécessaire de lancer un vaste plan de réhabilitation des nombreux logements vacants du centre-ville en engageant des aides incitatives permettant aux propriétaires de s’investir dans le destin de leur village et aux jeunes de se loger plus facilement.

Le maintien total du parking de la Libération offrira ainsi une solution de stationnement aux futurs habitants du centre et permettra aux acteurs économiques de continuer à développer un commerce de proximité tout en accueillant toujours autant de visiteurs en cœur de ville.

Il est vital de garder un poumon vert à Saint Rémy sur ce site et préserver ainsi une réserve foncière.

Expressions libres 2017

Expression de la majorité municipale

Intolérable !

Intolérable : c’est le seul mot qui qualifie l’attitude d’une poignée d’individus lors de la réunion publique sur le PLU le 13 novembre dernier. Ces personnes devraient pourtant apprendre que ce n’est pas parce que l’on hurle que l’on a raison.
Le plus regrettable, c’est que de nombreux Saint-Rémois venus ce soir-là pour s’informer ou échanger leurs points de vue n’ont pu s’exprimer. Confrontés à une telle violence verbale, ils n’ont pas osé prendre la parole. Les élus de la majorité présents à la réunion ont recueilli nombre de témoignages allant dans ce sens et ont été sincèrement désolés pour ces Saint-Rémois et pour la qualité du débat public.
Le PLU ne devrait faire l’objet d’aucune récupération politique. Les réunions publiques comme celle du 13 novembre sont organisées pour permettre à chacun de donner son avis et de participer à l’élaboration de ce document d’urbanisme. La municipalité prévoit une autre réunion au mois de janvier ; les Saint-Rémois seront alors en droit d’attendre des débats constructifs, dépassionnés mais surtout débarrassés de toute velléité politique.

Nous ne pouvons accepter plus longtemps qu’une minorité empêche la majorité des Saint-Rémois de s’exprimer comme nous ne pouvons accepter plus longtemps les mensonges proférés contre le parking de la Libération, notamment sur les réseaux sociaux.
À en croire certains, il faudrait sauver le parking de la Libération. Par définition, ne peut être sauvé que ce qui est en péril ; or, nous le répétons, il n’a jamais été question de fermer ou même de réduire le nombre de places de stationnement du parking de la Libération. C’est la majorité municipale actuelle qui a créé ce parking en 2012. Ce n’est pas pour le supprimer aujourd’hui !
Ces mêmes personnes préfèreraient que le quartier des Cèdres soit entièrement dédié au stationnement avec la création de 1 000 places de parking. C’est un souhait totalement excessif. Du côté de la majorité municipale, nous pensons que s’il est nécessaire de conserver les stationnements que nous avons créés, il est tout aussi nécessaire de prendre en considération la demande de logements pour les Saint-Rémois, et de ne pas goudronner les plus beaux terrains de Saint-Rémy au profit du  » tout-voiture « .

Expression de l’opposition municipale – Tous pour Saint-Rémy

MONSIEUR CHERUBINI A PEUR DE LA DEMOCRATIE

M. Chérubini refuse la démocratie. A l’initiative des associations APPEVA et SAINT-REMY POUR TOUS, une pétition demandant le maintien intégral du parking LIBERATION/CEDRES a été déposée en conseil municipal. Cette pétition a recueilli plus de 1780 Signatures. Malgré tout, lui et son équipe municipale refusent de prendre en compte cette pétition, pour le simple et unique fait qu’elle est défendue au conseil municipal par Henri Milan, son premier opposant. Nous en concluons que M. Chérubini n’écoute pas les saint-rémois et qu’il a peur d’un référendum sur le maintien intégral du parking. Parking qui est une nécessité absolue, aussi bien pour tous les habitants, commerçants, associations, et aussi pour tous nos visiteurs. Sachez que Henri Milan défendra jusqu’au bout le maintien de ce parking.

Expression de l’opposition municipale – Saint-Rémy au cœur

« Saint Rémy au Cœur », résolument CONTRE le projet de réforme territoriale

L’inquiétude grandit sur le Pays d’Arles : le gouvernement poursuit son incompréhensible projet de fusion du département des Bouches du Rhône avec la Métropole Aix-Marseille démontrant ainsi une méconnaissance profonde du monde rural.
Les conséquences pour nos communes peuvent être désastreuses pour le développement économique. En effet, que deviendra l’implication du Département dans les projets d’investissements des petites communes face aux énormes besoins de la Métropole ? Que deviendront demain, les soutiens du Département aux services à la personne, aux transports scolaires, à l’entretien des voieries, à l’agriculture ou à nos traditions ?
Réagissons contre l’ignorance et l’incompétence des décideurs parisiens!
Ensemble, faisons connaître notre opposition à ce projet aberrant.

Expression de l’opposition municipale – Angeline Ingoglia

« Saint Rémy au Cœur », résolument CONTRE le projet de réforme territoriale

Arrivant à St Rémy, après 18 ans passés au sein d’une équipe municipale unie autour d’un homme aux valeurs tant humaines qu’intellectuelles, j’ai eu envie de me mettre au service de mes concitoyens.
Je me suis alors engagée auprès d’un homme jeune, enthousiaste s’engageant lui-même hors parti politique pour le rayonnement de son village. S’en est suivi une campagne municipale dynamique menée par une équipe unie. Le succès n’a pas été au rendez-vous et nous a conduit dans l’Opposition municipale.

Depuis les sensibilités de chacun ont pu s’exprimer avec plus ou moins de bonheur mais elles ont aussi provoqué son éclatement ce que je regrette profondément d’où mon positionnement actuel.

Je reste élue de l’Opposition, ne me rattache à aucun groupe, gardant ainsi une totale liberté de mes décisions et actions.

Expression de la majorité municipale

Une majorité soudée, une opposition divisée

Dans notre tribune libre du dernier Journal de Saint-Rémy, nous pressentions qu’une crise couvait au sein de l’opposition municipale. Suite à l’appel lancé par Hervé Chérubini, lors de l’entre-deux-tours des élections présidentielles, demandant aux conseillers municipaux de prendre position pour ou contre le Front National, une majorité des élus de l’opposition (6) avait fait le choix de s’exprimer « contre » alors que leur tête de liste, Henri Milan, était resté très évasif. Une position moralement condamnable, mais pas étonnante quand on se souvient que lors des élections municipales, celui-ci avait mollement démenti l’appui et le rôle du parti d’extrême droite dans sa campagne – un soutien pourtant confirmé par le tribunal administratif de Marseille.

Aujourd’hui, le divorce est bel et bien consommé au sein de l’opposition : M. Milan se retrouve désormais seul alors que 6 de ses anciens colistiers ont fait le choix de créer un nouveau groupe – une 7e préférant rester à l’écart.

Nous mesurons aujourd’hui la chance pour Saint-Rémy de pouvoir compter sur une majorité municipale rassemblée derrière Hervé Chérubini. Dans une situation très difficile pour les communes rurales, qui connaissent une baisse historique des aides d’État et un contexte local complexe avec le risque d’absorption de Saint-Rémy par la Métropole marseillaise, le temps ne peut pas être celui des petites chamailleries entre élus. L’heure est grave et Saint-Rémy a plus que jamais besoin d’un maire solide et expérimenté pour tenir la barre et maintenir le cap.

Les élus d’opposition n’ont semble-t-il pas mesuré l’importance de leurs fonctions. Pendant que ces derniers s’employaient à se déchirer, les élus de la majorité ont quant à eux profité de l’été pour continuer à travailler sur les dossiers importants pour la ville, comme la réforme des rythmes scolaires et le retour à la semaine de 4 jours, la sécurité des manifestations associatives et festives, la protection de l’environnement avec la gestion des obligations légales de débroussaillement, le patrimoine avec la préparation des travaux de la collégiale, la culture avec la saison 2017-2018…

Les élus de l’opposition ont une fois encore préféré au travail la gesticulation politicienne. Il est plus facile de colporter des mensonges sur la réduction du nombre de places sur le parking de la Libération que de travailler concrètement à l’avenir de Saint-Rémy.

Expression de l’opposition municipale

En tant que chef du groupe d’opposition, je suis et demeure l’élu de tous les Saint-Rémois qui m’ont accordé leur confiance en mars 2014.
Au sein du conseil municipal comme vous le savez, je mène un combat permanent pour défendre les intérêts de Saint-Rémy et de tous les Saint-Rémois, sans ostracisme ni esprit partisan.
Cette ligne de conduite « sans étiquette » que nous avons fixée depuis le début,est celle à laquelle je me conforme, parce que nous pensons que c’est la seule que veulent les Saint-Rémois.

Dans cette période post-présidentielle, je ne suis pas de ceux qui se laissent séduire par la mode actuelle, ou au contraire vont au secours de partis en « reconstruction ».

Mon combat, c’est celui de Saint-Rémy, notre village. D’ailleurs dans quelques semaines, j’aurai l’occasion de vous inviter à une réunion publique, concernant les nouvelles règles d’urbanisme et la demande du référendum sur le maintien du parking des Cèdres.

De plus, je me félicite de la création d’un groupe « Les Républicains » au sein du conseil municipal. Je comprends leur démarche. Depuis plus de trois ans, nous avons partagé des positions communes et ils ont suivi mes décisions fidèlement. La création de ce deuxième groupe, nous permettra d’augmenter nos prises de parole, et nos interventions lors des conseils municipaux. Pour ma part je reste à votre écoute et vous remercie de votre engagement fidèle.

Aussi, nous saluons le dynamisme de l’association pour la restauration de la collégiale Saint Martin. Cette association a remis à l’ordre du jour le sujet primordial de notre église. J’ai envoyé un courrier en ce sens à Marie-Pierre Callet et Henri Pons, nos deux élus au Conseil Départemental, ainsi qu’à Renaud Muselier président de la Région par l’entremise de nos élus Pascale Licari et Jean-Marc Martin-Tesseire. Je leur ai demandé d’appuyer la rénovation de l’église ainsi que celle des orgues de Pascal Quoirin, afin qu’ils puissent accompagner cet élan salvateur.

Enfin, j’alerte régulièrement les services de la CCVBA sur la problématique essentielle de la gestion des déchets dans notre commune. Ceux-ci sont intervenus début aout afin d’améliorer l’enlèvement des déchets ménagers dans plusieurs quartiers de notre commune dont la Galine. Ces efforts des services n’exonèrent pas nos concitoyens de faire un très gros effort à l’avenir dans le tri que nous devons TOUS faire afin de ne pas alourdir inutilement les tournées et nos factures.

Henri Milan

Expression de la majorité municipale

Le 7 mai dernier, à l’occasion du second tour des élections présidentielles qui a vu la victoire d’Emmanuel Macron, de très nombreux concitoyens se sont interrogés sur la possible candidature d’Hervé Chérubini aux prochaines élections législatives sous la bannière de La République en marche.

Sur ce point, M. le Maire a été on ne peut plus clair : il ne sera candidat à la députation ni pour le mouvement d’Emmanuel Macron avec lequel il a quelques désaccords notamment sur la suppression de la taxe d’habitation et la poursuite de la baisse des dotations aux collectivités locales ni pour aucun autre parti.
Son attachement à Saint-Rémy et plus généralement au territoire des Alpilles ainsi que tout le travail mené depuis des années en tant que Maire et Président de la Communauté de Communes Vallée des Baux-Alpilles lui tiennent plus à cœur.

Il est essentiel qu’à l’échelle de notre territoire, un projet soit porté pour créer la dynamique nécessaire à un pays d’Arles rassemblé, conscient de ses atouts et de ses forces en matière d’économie, d’agriculture, de tourisme, d’emploi, de développement durable, de patrimoine et de culture.
Il est donc essentiel que les candidats à la députation sur les deux circonscriptions du Pays d’Arles prennent très tôt l’engagement de défendre nos intercommunalités contre une intégration forcée dans la Métropole marseillaise.

Ces prochains jours, un courrier sera directement adressé à chacun d’eux par Hervé Chérubini afin de poser une question simple mais essentielle pour l’avenir de notre territoire : en cas de disparition du Département, prendrez-vous l’engagement de défendre un pays d’Arles autonome et non inféodé à la Métropole marseillaise ?
Le Maire de Saint-Rémy-de-Provence et Président de la Communauté de Communes Vallée des Baux-Alpilles s’est d’ores et déjà publiquement engagé à communiquer ces courriers mais aussi les réponses de ces candidats afin que chaque électeur du Pays d’Arles soit pleinement informé du devenir de notre territoire, de leur avenir.

Expression de l’opposition municipale

Une piscine municipale « provisoire » qui revient cher !

Les installations de la piscine municipale n’étant plus aux normes, son exploitation n’est pas possible en l’état. Monsieur le Maire a informé le Conseil Municipal le 4 avril, que les bassins actuels de la piscine municipale sont comblés par des gravats et que des bassins gonflables seront installés en lieu et place!.. L’entrée sera gratuite.
Le coût d’investissement est de 25 000€ en 2017 et de 70 000€ en fonctionnement par an. Comme cette installation est prévue pour deux ans, si tout va bien, l’opération reviendra au bas mot à plus de 165 000€.
A noter que ces coûts incluent l’embauche de cinq personnes à temps complets dont un médiateur pour réguler la discipline dans l’enceinte…
Nous estimons que les frais engagés sont beaucoup trop importants d’autant que l’on sait très bien qu’ils préfigurent le projet beaucoup plus lourd de la future piscine dont l’investissement est programmé dès cette année pour plus de 5 millions d’euros.
Nous avons proposé que d’autres solutions moins onéreuses puissent être mises en œuvre comme par exemple l’affrètement de bus pour la piscine de Châteaurenard par exemple. Sans écho de la part de Monsieur le Maire. En attendant, ce sont les Saint-Rémois qui paient car pour ce projet éphémère, aucune subvention n’est prévue.

Suite au mail de Monsieur le Maire adressé à l’ensemble du Conseil municipal mercredi 26 avril, vous trouverez les communiqués des deux groupes.

Chers collègues élus municipaux,
Au vu des résultats de ce 1er tour des élections présidentielles, je me permets de vous proposer de signer un appel public (ci-dessous) à voter pour Emmanuel Macron, contre le Front National.

Par retour de mail, avant vendredi 28 avril 18h, je vous remercie de me faire savoir si vous souhaitez que votre nom figure sur la liste des signataires.

Dans l’attente de vos réponses,

Cordialement,

Hervé Chérubini

Expression de la majorité municipale

Chères Saint-Rémoises, chers Saint-Rémois,
Dans notre commune, à Saint-Rémy-de-Provence, contrairement à nombre de collectivités qui nous entourent, le Front National n’a jamais obtenu la majorité absolue des voix ni aux élections locales (Départementales et Régionales), ni lors des scrutins nationaux. Et nous pouvons en être fiers.
C’est pourquoi, nous appelons, une nouvelle fois, à faire barrage contre le Front National pour ce 2e tour des élections présidentielles.
Dimanche 7 mai, sans ambiguïté, sans états d’âme (l’enjeu est trop important pour l’avenir de notre pays), nous voterons et nous appelons à voter pour Emmanuel Macron.

Hervé Chérubini et l’équipe municipale de la majorité

Expression de l’opposition municipale

ELUS DE L’OPPOSITION DE SAINT REMY DE PROVENCE
2e TOUR DES PRESIDENTIELLES
Les résultats du premier tour des élections présidentielles au plan national nous ont profondément déçus. Ce sentiment est atténué par le résultat très favorable de François Fillon qui arrive largement en tête à Saint-Rémy. Nous remercions les nombreux électeurs qui ont pris part à ce vote.
Le programme de redressement économique de la France proposé par François Fillon n’a pas reçu l’accueil qu’il méritait. Nous le regrettons. L’avenir nous dira si les propositions du futur Président seront à la hauteur des enjeux pour l’avenir de notre pays. En attendant, pour le groupe d’Opposition Municipale, la situation est claire quant au second tour des présidentielles : notre volonté profonde est de faire barrage, coûte que coûte, au programme du Front National.
Nous tenons à préciser que nous n’avons pas attendu d’être contraints par Monsieur le Maire pour nous positionner sur un vote républicain qui rejoint les valeurs que nous défendons.

Dany Aoun, Christian Guillot, Angeline Ingoglia, Michel Gay, Jordane Marsot, Frédéric Pons, Martine Pascal.

Expressions libres 2016

Expression de la majorité municipale

L’intégralité des comptes-rendus et des enregistrements du Conseil municipal sont accessibles à tous depuis le site internet de la ville. C’est un choix fait par la municipalité pour assurer la plus grande transparence des débats et des décisions vis-à-vis de nos concitoyens Saint-Rémois. Ce n’est en rien une obligation légale.
Le dernier compte-rendu du Conseil municipal du 20 septembre est édifiant et tristement symbolique des errements de l’opposition municipale. Au moment des questions diverses, Hervé Chérubini a interpellé Henri Milan au sujet du tract distribué dans les boites aux lettres saint-rémoises. Un tract insultant, irrespectueux pour le Maire, rempli d’attaques visant directement sa personne. Le Maire posant la question à Henri Milan « est-ce que vous cautionnez ces écrits ? » obtient une réponse très étonnante : « A titre personnel et en tant que représentant de la liste que je préside, non je ne cautionne pas parce que je n’en vois pas l’intérêt ». Sauf que le fameux tract en question est signé et édité par l’association politique de M. Milan et qu’il l’a publié sur sa page Facebook.
Que doivent en déduire les Saint-Rémois ? Deux hypothèses sont envisageables :
– Soit M. Milan ne contrôle absolument rien de sa communication et il laisse le soin à d’autres de s’exprimer à sa place,
– Soit M. Milan n’a pas le courage d’assumer publiquement les insultes diffamantes qui sont, il est vrai, plus faciles à colporter dans le dos des intéressés.
Peu importe la réponse car ce qui est certain, c’est qu’avec une telle opposition, le débat d’idées n’en sort pas grandi. Au contraire il est tiré par le bas en préférant, à la réalité et à la complexité des dossiers, choisir l’invective, le slogan populiste et réducteur.
Concernant la zone des Cèdres, là où l’opposition souhaite voir implanter un parking de plus de 1000 places vides les ¾ de l’année, nous préférons imaginer l’aménagement d’un nouveau quartier respectueux de l’environnement, offrant un joli cadre de vie et répondant au besoin urgent de logements de notre jeunesse mais aussi de nos anciens.
Là où l’opposition souhaiterait voir aménager une immense zone de parking inutile plus de 350 jours par an (cf. comptage officiel de la police municipale) et imperméabilisant totalement cette zone du centre-ville, nous voulons des aménagements respectueux de notre identité et permettant aux Saint-Rémois de rester vivre dans leur ville.

Expression de l’opposition municipale – Tous pour Saint-Rémy

Une Opposition, pas seulement…

L’agriculture et le tourisme sont des atouts indéniables de l’attractivité de notre territoire.
Notre réflexion nous a conduits à nous interroger plus spécifiquement sur le tourisme.
Celui-ci reste le vecteur économique le plus important de notre commune. Saint Rémy, comme bien d’autres villes de notre pays a subi, en juillet notamment, les contre coups des évènements terribles survenus à Paris et à Nice. Les incidences pour nos entreprises se sont heureusement atténuées au mois d’août. Ces dernières semaines nous ont rappelé la fragilité de ce qui fait le fer de lance de l’activité économique de Saint Rémy. Le tourisme s’appuie sur la capacité d’attractivité de nos paysages à travers l’agriculture, de notre patrimoine, du bien vivre en Provence.
C’est dans ces circonstances que l’on doit prendre conscience de la nécessité de conserver et d’améliorer encore l’attractivité de notre territoire. Ceci passe par de meilleures conditions d’accueil (circulation, parkings, etc..), un travail important sur la propreté de la ville, un renforcement de la sécurité en toutes circonstances. Des efforts ont été faits, mais c’est encore insuffisant. Nous avons tous en tête, de nombreux exemples de malpropreté des trottoirs, des abords des poubelles débordantes de toutes sortes de détritus à proximité des restaurants, de la multiplication des vols à la roulotte ou des embouteillages sur les accès au centre-ville.
Mais au-delà de ces programmes à engager et développer à court terme, il est indispensable de s’inquiéter de l’état de l’habitat en centre-ville. En effet, pour pérenniser le tissu commercial qui constitue le fondement du développement économique de Saint-Rémy, pour répondre aussi à la demande de logement des jeunes actifs saint-rémois, et plutôt que de lancer un programme immobilier inutile et incompris (Les Cèdres), il est urgent maintenant, d’engager au plus tôt, la rénovation et l’amélioration de l’habitat urbain à l’image de ce que font d’autres communes voisines.
Ne nous trompons pas de priorité. Développer l’économie de notre village ne signifie pas aider des promoteurs à dérouler des programmes immobiliers inadaptés. Il y a d’autres solutions qui permettent de respecter notre patrimoine, notre environnement, nos traditions tout en répondant aux exigences de la demande des touristes et des Saint-Rémois.
Soyons plus que jamais attentifs aux projets que l’on essaie de nous imposer au mépris de nos avis et de nos propositions.

Nous, nous sommes clairement aux côtés des Saint-Rémois.

Expression de la majorité municipale

Les séances du Conseil municipal se suivent… et se ressemblent

Le dernier conseil municipal n’a pas dérogé à la règle : une fois encore Henri Milan a fait la démonstration de l’inconséquence de sa conduite et de la légèreté de ses propos.
Il y a quelques semaines, le chef de file de l’opposition municipale diffusait aux Saint-Rémois un document mensonger décrivant Saint-Rémy comme une ville au bord de la faillite et à deux doigts d’une mise sous tutelle préfectorale. Il n’a depuis fourni aucune explication ni aucun document pouvant justifier ces accusations très graves.
Interpelé le 26 avril lors du Conseil municipal, puis le 31 mai dans une lettre ouverte et enfin le 7 juin au Conseil municipal suivant, Henri Milan ne s’est toujours pas prononcé sur le sujet, comme en témoigne le journal La Provence du 10 juin : « A lettre ouverte réponse ouverte, promet Henri Milan sans justifier, pour autant, ses allégations ».

Tout ceci ne serait pas bien grave si ce n’était la méthode récurrente de la politique politicienne menée par l’équipe d’Henri Milan : s’arranger constamment avec la vérité, avec pour conséquence de tromper les Saint-Rémois.
Ce fut le cas il y a un an avec la pétition lancée contre la fermeture du parking de la Libération : plusieurs centaines de Saint-Rémois ont signé en toute bonne foi un document qui n’avait pourtant aucune valeur, puisque la fermeture du parking n’a jamais été à l’ordre du jour. Ce fut encore le cas il y a quelques semaines avec l’annonce de fermeture, toujours imaginaire, du parking des Cèdres.

À l’évidence, pour Henri Milan, il semble plus utile de colporter de fausses informations que de travailler au sein de la commission des Cèdres dont il fait partie. Sur ce dossier important pour Saint-Rémy, en effet, aucune contribution de sa part. En revanche, il instrumentalise le travail des membres de la commission pour servir ses propres intérêts politiques, en laissant croire que les places de parking de la zone des Cèdres seront entièrement détruites au profit de centaines de logements destinés à accueillir des hordes d’envahisseurs venus d’on ne sait où. Là encore, Henri Milan trompe son monde : les chiffres parlent d’eux-mêmes puisque 95 % des logements aménagés ces dernières années ont bénéficié à des Saint-Rémois.

M. Milan, être élu, même dans l’opposition, c’est être responsable de ses actes mais aussi de ses propos. Montrez-vous enfin à la hauteur de votre fonction et agissez en élu digne de Saint-Rémy, digne des Saint-Rémois.

Expression de l’opposition municipale – Tous pour Saint-Rémy

“Imite le moins possible les hommes dans leur énigmatique maladie de faire des noeuds.” René Char
De René Char / Rougeur des matinaux

Cette maxime de notre célèbre poète et résistant, nous invite à réfléchir sur le sens profond dù dire.
Monsieur Chérubini ne nous a toujours pas expliqué la dérive inquiétante des fonds de roulement de la mairie.
Libre à lui de défaire les noeuds, puisqu’il est le seul à connaître la réalité de nos finances.

Les élus de l’opposition
rejoignez nous sur les réseaux sociaux Facebook et blog

Expression de la majorité municipale

Les Finances communales : une fois encore,
Henri Milan et son équipe se sont trompés

« Si les charges de fonctionnement ne sont pas réformées et si un frein n’est pas mis aux investissements, une nouvelle augmentation des impôts sera inévitable après les élections (en 2015). »

Ces mots sont ceux d’Henri Milan et de son équipe dans leur programme des élections municipales de 2014. Quel manque de lucidité ! Le problème avec les contre-vérités, c’est qu’elles finissent toujours à un moment par éclater au grand jour au détriment de ceux qui les ont proférées. Mais Henri Milan et ses amis sont coutumiers du fait, eux qui pendant plus d’un an ont annoncé la fermeture du parking de la Libération, tout en sachant, puisqu’ils participent à la commission des Cèdres, qu’il n’en sera jamais question et que les 400 places du parking seront conservées et même aménagées.
Pour en revenir aux finances communales, le budget 2016 de la ville comme celui de 2015, dément parfaitement les allégations de l’opposition municipale. Les investissements à Saint-Rémy se portent très bien avec 8 millions d’euros d’inscrits au budget prévisionnel pour mener à bien des opérations importantes pour les Saint-Rémois comme la poursuite de la sauvegarde de la collégiale Saint-Martin, la réhabilitation des échelles du Mont-Gaussier, les travaux de voirie ou d’éclairage public, etc.

Rassurez-vous M. Milan, l’équipe municipale est parvenue à ce résultat tout en respectant ses engagements forts : ne pas augmenter les impôts et baisser l’endettement par habitant. En 2005, Saint-Rémy avait une dette de 78% supérieure à la moyenne nationale pour des communes de même importance. Nous en sommes à 26 % (soit 3 fois moins) et nous espérons nous rapprocher de la moyenne nationale à la fin de ce mandat. L’important désengagement de l’Etat (–1,7 millions de recettes entre 2013 et 2017) ne nous a pas empêchés de tenir bon la barre et de maintenir le cap pour notre ville. Un constat également fait par Henri Milan, forcé de revenir sur ces propos de 2014 au sujet des économies à réaliser au niveau du fonctionnement des services de la mairie. Dans La Provence du 26 mars dernier, suite au vote du budget, le journaliste écrivait : « Henri Milan n’a pas manqué de féliciter les services municipaux pour la réduction des dépenses. » CQFD.

Expression de l’opposition municipale – Tous pour Saint-Rémy

L’ASSR en grande difficulté

L’Association sportive de Saint-Rémy est en difficulté financière. Ce n’est pas un scoop. Depuis plus de trois mois déjà, la nouvelle a circulé dans tout le village. Et combien ont été émus à l’idée de voir peut-être disparaître un symbole pour beaucoup, de l’enfance, du sport et de l’image de Saint-Rémy.

Au Conseil Municipal de février, l’ASSR demandait une avance de subvention de 20 000 euros. Monsieur le Maire nous a proposé de leur octroyer 30 000 euros en signifiant qu’ils étaient en grande difficulté. Nous nous sommes interrogés sur les raisons de cette proposition et surtout sur l’ampleur et les origines des problèmes financiers de cette association. Nous avons proposé à Monsieur le Maire que soit conduit un audit par une personne indépendante pour trouver les réponses que chacun se pose légitimement.

Trois mois après, toujours pas d’audit réalisé ! L’attitude de Monsieur le Maire est incompréhensible.

De courageux bénévoles se déclarent prêts à relever le défi, de relever cette association en demandant au préalable à la municipalité de porter plainte contre les anciens dirigeants pour que soient révélées les malversations qui ont conduit l’ASSR dans cette situation. Là encore, pas d’écho ! Comme on le dit dans ce milieu du football, Monsieur le Maire « joue la montre », pourquoi ? Pour protéger quelqu’un ? Pour que ne soit pas mis à jour des insuffisances de contrôle ? Une quelconque forme de clientélisme politique dans l’attribution des subventions ? Mystère.

Ces passionnés ont même fait réaliser à leur propre initiative, une étude financière par un expert-comptable. Le « trou » dans les caisses atteint plusieurs dizaines de milliers d’euros et de nombreuses zones d’ombre demeurent inexpliquées.

Il est grand temps que Monsieur le Maire qui avait accepté de faire réaliser un audit le fasse mener dans les meilleurs délais. De plus, sa responsabilité est engagée dans la mesure où l’ASSR fait partie des associations recevant plus de 23 000 euros de subvention.

Expression de la majorité municipale

Permettre à nos jeunes de rester vivre dans notre commune

Les statistiques de l’Insee sont tombées il y a quelques semaines : Saint-Rémy serait repassée sous la barre des 10 000 âmes, perdant 1035 habitants en 2 ans. L’équipe municipale conteste bien entendu ces chiffres et tous les indicateurs que nous avons réunis démontrent le contraire. C’est la raison pour laquelle nous avons porté la voix des Saint-Rémois au sommet de l’Etat auprès de M. le Ministre pour tenter d’infléchir la position de l’Insee.

Mais au-delà de la bataille de chiffres qui nous oppose à cette institution, cette annonce est un signe qui ne doit pas être pris à la légère et doit nous amener à nous interroger. Saint-Rémy est en effet depuis longtemps confrontée à des prix de l’immobilier très élevés, qui continuent de monter. C’est un réel problème pour les jeunes Saint-Rémois voulant fonder une famille mais qui, n’ayant pas les moyens, sont obligés de quitter la commune. La question qui se pose à nous peut se résumer ainsi : quel Saint-Rémy veut-on pour les décennies à venir ? Veut-on que Saint-Rémy soit un village provençal de carte postale, pittoresque et figé, pour le plaisir de quelques privilégiés qui parviendront encore à se l’offrir ou bien veut-on que la commune reste ce qu’elle a toujours été dans son histoire : un pôle de vie et de dynamisme économique qui se développe et se modernise, dans le respect de tous les Saint-Rémois et de l’identité de notre village ?

D’un côté nous avons les ardents défenseurs de l’immobilisme. Cette minorité de personnes qui depuis des années gesticulent, caricaturent, s’opposent systématiquement dès qu’il est question de créer des logements accessibles sur notre village. D’un autre côté nous avons des familles saint-rémoises qui vivent au quotidien les difficultés du logement. Quand la commune d’Eygalières crée des dizaines de logements sociaux (comme dans nombre d’autres villages des Alpilles), accuse-t-on son Maire de vouloir transformer son joli village en banlieue marseillaise ? Non. Alors pourquoi à Saint-Rémy ne parviendrions-nous pas à faire ce que nos voisins font et à créer des logements qui permettent à nos jeunes et aux Saint-Rémois modestes de rester vivre dans leur commune ?

Expression de l’opposition municipale – Tous pour Saint-Rémy

L’expression du groupe Tous pour Saint-Rémy n’est pas parvenue à la rédaction. Cet espace lui est néanmoins réservé.

Expressions libres 2015

Expression de la majorité municipale

Le parking de la Libération ne fermera pas

Le 13 novembre dernier, ce n’est pas seulement la jeunesse de France qui a été dans les viseurs des djihadistes, c’est aussi notre culture, notre art de vivre. En un mot, chacun de nous. Ces extrémistes n’avaient qu’un seul objectif, porter atteinte à l’unité nationale, et ils ont perdu. Nous sommes toutes et tous sortis renforcés dans nos certitudes que les valeurs de la République, liberté, égalité, fraternité, sont les piliers de notre démocratie.
À Saint-Rémy, nous avons voulu témoigner de notre solidarité avec les victimes en annulant immédiatement l’inauguration de la salle Jean-Macé. Les drapeaux de la mairie ont été mis en berne et une centaine d’autres a été distribuée quelques jours après aux commerces du centre ville pour arborer fièrement nos trois couleurs.

Plus que jamais l’unité doit régner et en cette fin d’année la discorde ne devrait pas avoir sa place notamment dans le débat local. C’est pourtant une toute autre voie que les élus d’opposition ont choisi de prendre, en continuant à agiter l’épouvantail de la fermeture du parking de la Libération.

Sur ce sujet, les engagements de la municipalité restent les mêmes. Le parking de la Libération ne fermera pas, il n’en a jamais été question et dire le contraire, c’est mentir aux Saint-Rémois.

Concernant la zone des Cèdres, aucun projet ne verra le jour sans l’assentiment de la commission spécialement créée pour réfléchir sur ce dossier. Cette commission est très représentative des Saint-Rémois. Elle est composée de 25 membres dont 12 élus de la majorité et de l’opposition parmi lesquels nous pouvons citer Henri Milan, Angeline Ingoglia ou Frédéric Pons. Parmi les 8 personnes qualifiées participantes à la commission, 2 ont été choisies par cette même opposition qui dénonce le projet « fantôme » de la Zac des Cèdres.
Détail révoltant et qui démontre une fois encore que l’opposition n’est pas à une contradiction près : certains élus qui siègent aujourd’hui au Conseil municipal et qui sont les fers de lance de la pétition « anti-fermeture du parking de la Libération » étaient déjà élus sous le mandature de Lucien Palix. Alors dans la majorité, ceux-là même qui crient aujourd’hui au loup avaient voté pour la création de 250 logements sur cette même zone des Cèdres.

Avec l’opposition municipale, la vérité d’un jour n’est définitivement pas celle du lendemain.

Expression de l’opposition municipale – Tous pour Saint-Rémy

Nous sommes 6750 à avoir signé la pétition pour le maintien du parking de la Libération.

Pour l’activité économique de Saint Rémy, pour ses commerces, pour ses entreprises de restauration et d’hôtellerie, pour sa vie associative et culturelle, il est indispensable non seulement de conserver, mais d’étendre et d’aménager ce parking en cœur de ville.

L’actuelle municipalité projette d’y construire de nouveaux logements et de réduire de façon drastique le nombre de places de parking disponibles. Pas d’extension, au contraire, alors que c’est une nécessité évidente les jours de grande affluence comme les marchés du Mercredi, les manifestations festives ou lors de la haute saison touristique et bien sûr pour le confort et la sécurité de tous les Saint Rémois.

En signant cette pétition, vous avez affirmé votre volonté de garder cette zone de stationnement. Vous pouvez compter sur toute l’équipe de « Tous pour Saint Rémy » pour porter votre voix au plus haut niveau

Lors de la Fête des Lumières, samedi 12 décembre, nous avons tous pu constater que celle-ci fut une réussite grâce aussi à ce parking de la libération qui a permis aux saint-rémois et aux habitants des villages alentour de nous rejoindre et de rendre encore plus vivante cette manifestation qui est un moment fort de ce mois de décembre.

Nous resterons vigilants et à votre écoute.

Nous vous adressons nos souhaits de Joyeux Noël et de bonne et heureuse année 2016.

Henri MILAN, Danièle AOUN, Pierre GUILLOT, Angeline INGOGLIA,
Michel GAY, Jordane MARSOT, Frédéric PONS, Martine PASCAL.

Expression de la majorité municipale

Halte à la désinformation !

Il y a deux types d’élus : ceux qui travaillent concrètement sur les dossiers pour trouver des solutions aux problèmes de leurs concitoyens, et ceux qui manipulent l’opinion pour servir leurs desseins politiques. Henri Milan appartient définitivement à la 2e catégorie ; en témoigne la pétition présentée aux Saint-Rémois (et signée par de nombreux touristes) au motif mensonger que notre municipalité prévoirait de fermer le parking de la Libération.

Nous sommes bien placés pour savoir que la ville a besoin de places de stationnement : c’est précisément pour cela que nous avons ouvert l’extension du parking de la Libération en 2011. Nous ne comptons d’ailleurs pas nous arrêter en si bon chemin : des travaux vont bientôt commencer au parking Camille-Dourguin pour créer plus d’une dizaine de places en plus. Comme annoncé lors de la campagne électorale, nous disposerons de davantage de parkings en fin de mandat. La peur de la pénurie, brandie par M. Milan, est donc totalement infondée.

Nous savons aussi que l’aménagement d’un parking très coûteux, destiné à absorber l’afflux de véhicules pendant quelques mercredis matin du mois d’août, ne constitue pas à lui seul une gestion responsable d’une commune. En effet, trop de Saint-Rémois sont amenés à quitter Saint-Rémy, ne pouvant plus s’y loger à un prix raisonnable. Cette pénurie de logements accessibles est bien réelle, n’en déplaise à cette opposition déconnectée de la réalité qui soutient une pétition portée par ceux qui n’ont aucune difficulté à habiter sur la commune.

C’est pour réfléchir au meilleur consensus, tenant compte des besoins des commerçants, des touristes mais aussi des habitants et des entreprises, que nous avons créé une commission extramunicipale chargé de réfléchir à l’aménagement du quartier des Cèdres qui comprend le parking de la Libération. Son rôle est d’établir un projet global, qui sera soumis ensuite à l’approbation des élus municipaux.

L’opposition fait justement partie de cette commission, où elle ne manque pas de s’exprimer. La pétition mensongère diffusée depuis deux mois n’est donc qu’une polémique artificielle, relayée dans le seul but d’exister politiquement.
Pour s’en convaincre définitivement, il suffit de se rappeler qu’en mars 2005, la majorité municipale de Lucien Palix, dont faisaient partie Jordane Marsot et Michel Gay, membres de l’opposition actuelle, a approuvé la création d’un projet immobilier de 250 logements dans le quartier des Cèdres !

Expression de l’opposition municipale – Tous pour Saint-Rémy

Au 10 octobre 6567 !

Nous sommes 6567 à avoir signé la pétition pour le maintien du Parking de la Libération.
Pour l’activité économique de Saint Rémy,
pour ses commerces,
pour ses entreprises de restauration et de l’hôtellerie,
pour sa vie associative et culturelle,
il est indispensable non seulement de conserver, mais d’étendre et d’aménager ce parking en cœur de ville.
L’actuelle majorité municipale projette d’y construire de nouveaux logements et de réduire de façon drastique le nombre de places de parking disponibles.
Pas d’extension au contraire, alors que c’est une nécessité évidente les jours de grande affluence comme les marchés du mercredi, les manifestations festives ou lors de la haute saison touristique et bien sûr pour le confort et la sécurité de tous les Saint Rémois.
Le groupe d’opposition continuera à agir afin que le maintien et l’aménagement du parking de la Libération sur le site des Cèdres soient définitivement actés.
En acceptant de signer la pétition, vous avez manifesté votre volonté de garder cette zone de stationnement.
Vous pouvez compter toute l’équipe de « Tous pour Saint Rémy » pour porter votre voix au plus haut niveau.
Nous remercions tous les commerçants, toutes les associations et tous les Saint Rémois qui se sont mobilisés, et qui sont eux, conscients de l’importance cruciale de ce parking.

Venez nous rejoindre sur nos réseaux sociaux , Facebook et Blog

Les élus de SAINT REMY POUR TOUS
HENRI MILAN DANY AOUN CHRISTIAN GUILLOT
ANGELINE INGOGLIA MICHEL GAY JORDANE MARCEAU
FREDERIC PONS MARTINE PASCAL

Expression de la majorité municipale

Trêve de plaisanterie, M. Milan !

L’une des actions fortes de la municipalité a été de créer des commissions extramunicipales. Réunissant des élus de la majorité et de l’opposition ainsi que des personnalités locales dont l’expérience est considérée comme une plus-value, ces commissions visent à garantir un débat démocratique et à aboutir à des décisions partagées sur les dossiers à forts enjeux pour Saint-Rémy.

Les membres de la commission des Cèdres, dont fait partie Henri Milan, mènent donc une réflexion sur le devenir du site. À ce jour, aucun projet et aucune décision n’ont été arrêtés, la commission continue à travailler pour élaborer un cahier des charges. Pourtant, il y a quelques semaines, Henri Milan s’est fendu d’un e-mail à l’attention de tous les membres pour leur dire son opposition. Mais une opposition à quoi, puisqu’aucun projet n’est pour l’instant arrêté et la réflexion toujours en cours ? Ce qui est incohérent dans l’attitude de l’élu d’opposition, c’est que celui-ci n’a fait jusqu’à présent aucune proposition à la commission.

La définition de la démagogie est très claire : « utilisation d’un discours flatteur ou appelant aux passions ». C’est exactement ce que fait l’équipe d’Henri Milan, en instrumentalisant sans cesse la question du logement en général et des Cèdres en particulier. Aujourd’hui, dans un village comme le nôtre, bon nombre de familles saint-rémoises et de très nombreux jeunes ne parviennent plus à se loger. Aucun élu responsable et intellectuellement honnête ne peut faire l’économie d’une réflexion sur ce sujet. Non, la municipalité ne va pas pour autant construire des barres HLM comme le prétend l’opposition et comme on l’entend depuis 40 ans. En 20 ans de mandat, la majorité ne l’a jamais fait et a une autre vision pour Saint-Rémy.

La gestion d’une ville n’est pas une plaisanterie, M. Milan !
Saint-Rémy mérite du travail et du sérieux.

Expression de l’opposition municipale – Tous pour Saint-Rémy

SAINT REMOIS LE PARKING DE LA LIBERATION VA ÊTRE SUPPRIME AU PROFIT DE 250 LOGEMENTS POUR QUI, POUR QUOI ?

Vouloir faire « 200 à 250 logements » pour un village de 11000 habitants paraît être une assez bonne idée en soi. Cependant dans la zone prévue à la place du parking de la Libération et de son extension en terre battue, cela devient une ABERRATION !

250 logements prévus sur 3 ou 4 étages, si mal placés et sur si peu d’espace, ne correspondent ni aux attentes des Saint rémois, ni aux problèmes que cet afflux ne manquera pas de provoquer pour les riverains et le centre-ville.

Avec une densité aussi forte, ne prend-on pas le risque de créer des situations conflictuelles de voisinage ?

Plus INCOHÉRENT, ce projet supprimera définitivement le dernier parking pouvant accueillir à la fois les Saint Rémois et les touristes, qui voudraient se rendre au cœur de notre village, qui est déjà saturé par manque de places de stationnement.

Saint Rémois vous avez l’occasion de manifester votre opposition à ce projet DESTRUCTEUR POUR NOTRE AVENIR, en vous joignant à notre demande d’annulation de ces constructions en l’état actuel.

N’hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux et à venir en discuter à notre permanence.

CE NOUVEAU PROJET EST ENCORE PIRE QUE CELUI DE LA ZAC D’USSOL !!!

Les élus de l’Opposition.