Cet article a été modifié pour la dernière fois le 6 avril 2021 à 09:54

Comme elle l’a fait en 2020 lors des travaux de rénovation des arènes Barnier ou lors de la création du parvis devant la police municipale, la ville de Saint-Rémy-de-Provence apporte le plus grand soin à la préservation des platanes pendant la rénovation en cours du parking de la Libération.

Avant de commencer les travaux dans la cour de l’ancienne école de la Libération, des protections ont été enroulées autour des troncs des platanes, pour éviter tout choc par les engins de chantier.
L’entreprise a ensuite procédé à l’enlèvement de la couche de roulement, en très mauvais état, et ouvert le sol aux endroits nécessaires pour moderniser les réseaux souterrains. Dès lors que la partie supérieure du système racinaire des platanes était dégagée, les racines alors mises au jour ont été recouvertes d’un voile ; ce voile a ensuite été régulièrement arrosé afin de protéger les radicelles.
Avant qu’une nouvelle couche d’enrobé soit mise en place, le système racinaire de surface est comblé avec du ballast (empilement de cailloux).

Des murets de protection en cours de création
Pour éviter qu’à l’avenir, les voitures utilisant le parking puissent toucher et abîmer les platanes, la ville entoure chacun d’eux de murets de protection, sur le modèle de ceux qui se trouvent sur le parvis de la police municipale, avenue de la Libération. « Ces murets en pierre qui épousent la forme des racines sont construits sur des fondations en béton très peu profondes », explique Nicolas Dumas, agent des services techniques travaillant dans les espaces verts, spécialiste de la protection du patrimoine arboré. « Et pour couler ces fondations autour des arbres, il a parfois été nécessaire, ponctuellement, de couper certaines racines de surface », poursuit Nicolas Dumas. « Cette technique a bien sûr été employée uniquement lorsqu’elle ne mettait pas l’arbre en danger. Il faut d’ailleurs rappeler que ces platanes sont en excellente santé et que l’ensemble du système racinaire situé en dessous est intact. »
Les systèmes racinaires de surface, temporairement à l’air libre, seront très prochainement recouverts de terre, à l’intérieur du muret.

Le département des Bouches-du-Rhône a pris le même soin à préserver les platanes de l’avenue Pellissier, pour l’aménagement du trottoir sud et la réfection de la couche de roulement.

Les platanes des arènes Barnier préservés
Lors de la rénovation des arènes Barnier en 2020, les racines des platanes avaient dû également être dégagées. Le mur de la contrepiste ayant été refait sur une fondation béton, la ville avait pris soin de coffrer toutes les racines des platanes situées à proximité. Ce travail de fourmi est invisible du public lorsqu’il déambule dans les arènes, mais il permet aux platanes de continuer leur évolution en toute quiétude.

La ville tient à ses arbres et fait en sorte de les préserver !

Ci-dessous : muret autour des platanes du parvis de la police municipale et coffrage des racines des platanes des arènes Barnier